Aller au contenu

european-social-innovation-competition

Avec le concept d’ « Urban Farm Lease », notre équipe a été retenue parmi les 30 demi-finalistes de cet appel à projets organisé par la DG entreprises de la Commission Européenne. BAM ! Rien que ça. L’objectif du concours, doté de 3 prix d’une valeur de 30.000 euros chacun, est de faire émerger les idées susceptibles d’endiguer l’exclusion économique et sociale de catégories vulnérables de la population européenne : jeunes, migrants, porteurs de handicap, femmes, minorités, personnes âgées…

Particularité de cette initiative : l’ouverture tant aux associations qu’aux entreprises, mais aussi à des individus sans aucune structure établie. C’est encourageant, lucide et audacieux : qui est mieux placé que ceux qui vivent les injustices sociales au quotidien pour imaginer des solutions à ces problèmes ? Or l’intelligence du citoyen ordinaire est bien souvent exclue des brainstormings européens, à travers la complexité des cahiers de charge, la durée et la lourdeur décourageantes des procédures.

Les organisateurs de ce challenge demandent une description claire de l’idée défendue, mais le formulaire reste concis et abordable. Un effort est également fait pour permettre à chacun de participer dans sa langue nationale s’il le souhaite. Bref, le Social Innovation Competition est réellement accessible à tous. N’hésitez pas à y soumettre vos propres idées d’entrepreneuriat social lors de la prochaine édition.

Mais avant cela, au sein de l'asbl, on prépare d’arrache-pied l’atelier de coaching qui aura lieu en mars à Bilbao, pour la suite de la compétition.

L’Institut Bruxellois de Gestion de l’Environnement a lancé l’édition 2013 de son appel à projet « Alimentation Durable ». Notre asbl saisit cette opportunité pour soumettre à l’IBGE ses propositions structurelles pour encourager le développement de l’agriculture urbaine en Région Bruxelloise. Plutôt que de créer un énième projet pilote, nous souhaitons promouvoir une adaptation du cadre légal et une amélioration de l’accès à un facteur de production indispensable : le terrain agricole (conventionnel ou non).

Notre association espère notamment obtenir un financement pour:

- l’établissement et la publication en accès libre d’un cadastre des surfaces en pleine terre et non-conventionnelles (toitures, caves, façades...) exploitables pour l’agriculture urbaine.

- la création d’une plateforme de mise en relation des propriétaires de surfaces agricoles urbaines et les porteurs de projets, afin de faciliter leur accès à des espaces de culture.

- le développement et la diffusion d’un cadre juridique sécurisant, spécifique et pérenne, à la fois pour l’exploitant agricole et pour les propriétaires immobiliers : le bail à ferme urbain. Celui-ci sera établi à travers une concertation avec les acteurs traditionnels (maraîchers, secteur associatif, groupements de circuits courts et administrations) mais aussi des parties prenantes d'un spectre plus large (secteur immobilier et assurances notamment)